Qu’est-ce qu’un anti-inflammatoire naturel ?

Publié le : 08/06/2016 11:03:37
Catégories : Micronutrition Rss feed , Nutrition Rss feed

L’inflammation correspond à un gonflement des tissus, associé à de la rougeur, de la chaleur et de la douleur. Cette réaction naturelle de défense de notre organisme est activée par nos globules blancs, qui circulent dans notre sang pour nous défendre contre de potentiels agresseurs (virus, bactéries, parasites), des allergènes et de déchets divers (corps étrangers). Les phénomènes inflammatoires doivent toujours être intensément combattus, non seulement parce qu’ils sont contribuent à une perte du tissu musculaire et à une rétention de tissu adipeux, mais aussi parce qu’ils sont des facteurs de métastases susceptibles de générer des cancers.

Facteurs aggravants l’inflammation [1]

Une alimentation trop acide et riche en sucres et en graisses saturées peut altérer notre tube digestif et créer une perméabilité intestinale. Si tel est le cas, certains aliments moins bien digérés (protéines plus grosses qui ne sont pas découpées en petites molécules), vont être capable de pénétrer dans le sang. Ces dernières ne peuvent pas être reconnues pas notre organisme et sont alors considérées comme des agents agresseurs par les globules blancs. C’est le mécanisme de l’allergie alimentaire qui n’est autre qu’une réaction inflammatoire.

On peut réagir alors à de nombreux aliments, comme par exemple les produits laitiers, le gluten, etc. Ces réactions d’origine digestive, peuvent contribuer à aggraver une allergie « classique » et créer de l’eczéma, de l’asthme ou une maladie inflammatoire (polyarthrite).

Le stress psychologique peut également favoriser les réactions inflammatoires. Les signaux d’alarme libérés par les glandes surrénales lors d’un facteur de stress, entrainent dans les cellules une forte pénétration de calcium et une sortie tout aussi importante de magnésium qui sera éliminé via les urines. Or le magnésium joue un rôle de modérateur auprès des globules blancs évitant ainsi l’accumulation de sécrétions irritantes formés par des globules blancs surexcités à mauvais escient.

Consommer des aliments anti-inflammatoires [2]

Bien souvent, nous avons recours à des pommades ou médicaments pour soulager notre inflammation. Cependant une alimentation appropriée peut déjà nous éviter de devoir sans cesse faire appel à ce type de traitement.

Le magnésium agit comme nutriment anti-inflammatoire

Le magnésium aide à clamer le jeu de tous ces globules blancs surexcités. Il diminue également le passage du fer (nutriment pro-inflammatoire à forte dose) dans les cellules. Malheureusement nos modes de vie actuels (pollution, tensions nerveuses, etc.) entrainent rapidement une déperdition urinaire en magnésium.

Les antioxydants sont de puissants anti-inflammatoires

L’intensification de la pollution contribue à l’irritation des bronches. Les polluants non seulement agressent directement les bronches, mais font chuter la quantité d’antioxydants qui la protègent. Or ces antioxydants, comme la vitamine C et E qui se trouvent très concentrés dans le fluide protecteur de la muqueuse, sont aussi de puissants anti-inflammatoires. Le manque d’apports en vitamines est responsable des faiblesses des défenses antioxydants.

Les oméga 3 produisent des prostaglandines de type 3 anti-allergiques et anti-inflammatoires

Le déséquilibre considérable dans la qualité des graisses que nous consommons contribue à expliquer l’impressionnante augmentation des allergies – et dans une moindre mesure les pathologies inflammatoires. Une surconsommation de graisses saturées (produits laitiers, viandes, charcuteries), de graisses trans (biscuits, chips, plats préparés industriels, margarines), de graisses oméga 6 (huile de tournesol ou de maïs) et très peu d’oméga 3 (huile de colza, de lin, de pépins courge, des poissons gras, etc.).

Les aliments fermentés sont bénéfiquent pour le système immunitaire

Pour réduire les phénomènes d’allergie alimentaire, il faut renforcer son système immunitaire en optimisant sa flore intestinale. Les aliments fermentés comme le yaourt au bifidus et/ou au lactobacillus acidophilus sont riches en probiotiques permettant de restaurer la flore du côlon.

Le curcuma fait partie des anti-inflammatoires naturels de premier choix

Curcuma longa

Certains aliments d’origine végétale contiennent des molécules qui empêchent la fabrication de molécules inflammatoires par des cellules cancéreuses[3]. Les meilleurs exemples de ces molécules anti-inflammatoires sont le resvératrol du vin rouge, la curcumine de l’épice indienne curcuma longa, ainsi que le gingérol présent dans le gingembre. Des études indiquent que ces trois molécules sont capables de bloquer la COX-2 et que cette activité anti-inflammatoire joue un rôle important dans l’action anticancéreuse de ces aliments.

L’activité anti-inflammatoire de la curcumine est particulièrement intéressante car cette molécule est sans doute celle qui possède le plus grand nombre d’activités anticancéreuses distinctes de tout le règne végétal[4]. Plusieurs essais cliniques ont mesuré l’efficacité de la curcumine dans le traitement de divers cancers[5] (côlon, pancréas, myélone) et d’autres maladies inflammatoires. Ils bloqueraient la production de cytokines[6], molécules responsables du processus inflammatoire au niveau cellulaire.

Les formes de curcuma fortement concentrées en principes actifs (curcuminoïdes) bénéficient de plusieurs propriétés anti-inflammatoires et vont agir efficacement en présence d’agents phénoliques (tumérone, atlantone, zingibérone) pour garantir une bonne absorption de la curcumine ainsi qu’une bonne rétention dans le sang[7].

[1] Dr Jean-Paul Curtay – Dr Rose Razafimbelo, le guide des aliments soigneurs, édition Albain michel 2005, pp 42-44
[2] Dr Jean-Paul Curtay, La Nutrithérapie, bases scientifiques et pratique médicale, 4e édition, Testezeditions.
[3] Michaud D.S., Spiegelman D., Clinton S.K., Rimm E.B, Willet W.C, Giovannucci E.L. Fruit and vegetable intake and incidence of bladder cancer in a male prospective cohort. J Natl Cancer Inst. 1999 ; 91 :605-613.
[4] Kirsh V.A, Peters U. , Mayne S.T et al. Prospective study of fruit and vegetable intake and risk of prostate cancer J Natl Cancer Inst. 2007 ;99 : 1200-1209.
[5] Zhang H, Xu W, Li B ; Curcumin Promotes Cell Cycle Arrest and Inhibits Survival of Human Renal Cancer Cells by Negative Modulation of the PI3K/AKT Signaling Pathway. Cell Biochem Biophys. 2015 Dec;73(3):681-6. doi: 10.1007/s12013-015-0694-5.
[6] Kao NJ, Hu JY, Wu CS, Kong ZL ; Curcumin represses the activity of inhibitor-κB kinase in dextran sulfate sodium-induced colitis by S-nitrosylation. Int Immunopharmacol. 2016 May 24;38:1-7. doi: 10.1016/j.intimp.2016.05.015
[7] Reasearch paper : A Pilot Cross-Over Study to Evaluate Human Oral Bioavailability of BCM-95® CG (BiocurcumaxTM), A Novel Bioenhanced Preparation of Curcumin; Indian Journal of Pharmaceutical Sciences July - August 2008.

Articles en relation

Partager ce contenu

Voir tous les commentaires (1)

Voyante sérieuse


29/11/2016 15:44:43

Bonjour Je souffrais de nombreux maux et cette personne m'a bcp aidé. La médecine parallèle fait aussi des miracles en ayant une alimentation équilibrée, et le tour est joué. Sarah

Vous devez être enregistré

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire

ga('send', 'pageview')